Chasseurs d'Épaves

Quelles sont les épaves les plus significatives que vous ayez explorées jusqu'à présent et comment financez-vous vos expéditions?

Une question de Alain
de Repentigny

La goélette Lina Gagné

Crédits photo: Andrée Gagné

Dans le cadre de la série Chasseurs d’épaves, nous avons exploré des épaves d'une grande valeur archéologique et historique. La découverte et l'identification de l'épave de la goélette Lina Gagné au large de Rimouski est un accomplissement majeur dans ma carrière. D’ailleurs, vous pourrez revivre la découverte de celle-ci dans le quatrième épisode. Les deux derniers épisodes de la série traiteront quant à eux d’une épave historique. Située dans le port de Québec, cette épave du XIXe siècle vous réserve bien des surprises ! Dans le cas de la Manseau 101, son exploration était significative pour moi. J’avais identifié l’épave, mais je voulais que des plongeurs aillent valider mon hypothèse au fond de l’eau.

Mon équipe habituelle (Cimetière du Saint-Laurent) ne bénéficie d’aucune aide gouvernementale. Notre financement provient entièrement de dons d’individus et de commandites d'organismes, d'entreprises et d'élus. Chaque année est un éternel recommencement. Je dois trouver de nouveaux partenaires financiers. Mais j’ai la chance de pouvoir compter sur des plongeurs bénévoles et sur des partenaires tels que le Centre Interdisciplinaire de Développement en Cartographie des Océans (CIDCO) et M. Francis Bouchard du Centre de plongée du Bas-Saint-Laurent pour m’accompagner dans cette aventure. Pour mes longues heures consacrées à la recherche dans les documents d’archives, je n'en tire aucune rémunération. J’attends toujours qu’un mécène se manifeste !