Chasseurs d'Épaves

Pourquoi avez-vous choisi de ne pas mettre plus en avant la plongée dans l’émission et pourquoi vous montrez autant vos problèmes techniques?

Une question de Brigitte
de Montréal

Photo prise lors du tournage du neuvième épisode (Épave du port de Québec)

Crédits photo: Réjean Gagnon

Dans le cadre de la série Chasseurs d’épaves, notre principal objectif est de documenter, identifier et découvrir de nouvelles épaves! Comme le concept de la série tourne autour de mes enquêtes, j’ai un lien direct avec la majorité des épaves présentées dans la série. Nous avons dû faire des choix, parfois difficiles, voire même déchirants, quand venait le temps de sélectionner les épaves. Ces choix ont été fait en fonction de différents paramètres (emplacement de l’épave, profondeur et accessibilité de celle-ci, ressources disponibles, épaves datant de différentes époques et variées etc.)

Nous voulions également exposer toutes les facettes de la chasse aux épaves. Celle-ci est complexe et comporte plusieurs étapes. La démarche qui mène à la découverte ou à l’identification d’une épave demande beaucoup de temps et de patience. En fait, toutes les recherches que j’effectue en amont représentent les trois-quarts du travail d’identification. Comme j’exerce un métier statique, on voulait le rendre plus vivant en misant sur la validation terrain. Nous avons alors choisi de montrer qu’une infime partie de mon travail à la télévision. Aussi importante soit-elle, la plongée sous-marine n’est pas l’élément central du concept. L’équipe de production a choisi des séquences sous-marines pertinentes qui montraient des actions reliées aux différentes quêtes. Après tout, cette série est dédiée à la chasse aux épaves.

Mais on souhaitait par-dessus tout partager nos aventures et vous faire vivre la réalité de notre travail au quotidien. Ce choix représentait un « challenge » supplémentaire pour notre équipe lors du tournage. On devait continuellement s’ajuster, car on ne pouvait pas attendre d’avoir des conditions climatiques parfaites pour partir à l’aventure. C’est pourquoi vous êtes témoin de plongées hasardeuses, de bris mécaniques et d’une visite impromptue d’un inspecteur de Transports Canada!